Lorsque Romuald est rentré chez lui, Caroline l’attendait pour prendre son manteau. Habillée de son uniforme d’écolière, comme d’habitude ; la jupe si courte qu’on pouvait voir la courbe la plus basse de ses fesses et sa chemise en coton blanc sur un débardeur en coton blanc, rentré dans sa jupe à carreaux verts. Laurie traversait le sol, avec un scotch dans les mains. Quand elle bougeait, la glace tintait contre le verre, ce n’était rien comparé au léger balancement de ses seins, pensa-t-il en desserrant sa cravate avec un sourire.

Il a pris le verre de Laurie et l’a descendu en deux gorgées en ne laissant que les glaçons. Il le lui a rendu alors qu’elle attendait docilement et s’est tournée pour lui préparer un autre verre. En baissant les yeux, il a vu Caroline délacer ses chaussures et il les a enlevées pour elle. Elle a souri de façon espiègle alors que ses doigts s’envolaient vers la fermeture éclair de son kaki et la descendaient. Laurie était de retour avec un autre scotch alors que les doigts de Caroline libéraient la dureté qui avait commencé lorsqu’il était sorti de sa voiture et savait ce qui l’attendait.

Mec, il aimait bien être doublé par eux, pensait-il joyeusement.

Laurie, pour ne pas être en reste, était habillée d’un uniforme de soubrette française, avec des talons et des bas résille. Elle a mis la boisson dans sa main et a passé ses bras autour de son cou, l’embrassant après qu’il ait tiré une autre fois. C’était un long baiser satisfaisant et juste ce qu’il fallait pour l’accueillir chez lui. Ils se sont séparés et Romuald a fermé les yeux lorsque les lèvres de Caroline ont rencontré le haut de sa bite. Elle a pris la tête de sa bite dans sa bouche et l’a grignotée doucement, la recouvrant de sa salive. Laurie s’est reculée pour s’allonger contre son côté, tenant sa main et a regardé Caroline. “Elle a eu envie de faire ça toute la journée, la petite salope excitée. Caroline m’a mangé trois fois aujourd’hui pendant ton absence ; elle n’en avait jamais assez. Elle m’a réveillé avec sa langue dans ma fente mais elle est une bonne fille comme ça. Pas vrai, bébé ? Elle a dit en caressant les longs cheveux blonds dorés de Caroline pendant qu’elle se trémoussait sur la queue de Romuald. Caroline a gémi en signe d’assentiment et Laurie a poussé son cou plus loin sur son épaisseur rapidement. Il a fermé les yeux dans une joie totale.

Romuald a senti que Laurie quittait son côté, se dirigeant vers le fauteuil qui était son préféré. Elle s’y est assise, séparant ses jambes en regardant pensivement. Sa main a parcouru son ventre jusqu’à ses jambes, frottant les cuisses crémeuses couvertes de résille noire. Bientôt, elle a commencé à frotter son clito qui était exposé par le motif découpé et a commencé à gémir légèrement, laissant sa tête reposer contre le dossier de la chaise. Il l’a regardée fermer les yeux et se perdre dans le monde pour le moment, caressant sa chaleur humide.

Les lèvres de Caroline l’ont ramené à se concentrer sur elle. Elle suçait sa queue épaisse, la gorgeant doucement. Il pouvait sentir ses dents pousser contre sa circonférence en expansion, elle pourrait manquer de place, pensa-t-il. Caroline pleurait avec lui dans sa bouche et il a remarqué qu’elle regardait Laurie se caresser et jouer avec son propre clito. Ses doigts caressaient rapidement son minuscule clito rose à la recherche de gratification.

Elle a saisi sa queue autour de la base et l’a frottée légèrement jusqu’à ce qu’elle rencontre ses dents. Caroline a créé un bourrelet de peau de bite alors que sa main montait et descendait sa longueur, le guidant dans sa bouche en attente. Elle a commencé à l’étrangler sans pitié, rapidement ; comme elle savait qu’il aimait. Sa petite Caroline l’avait, comme toujours, à sa merci.

Un halètement au son douloureux l’a arraché à la sensation de la bouche de Caroline alors que Laurie se contorsionnait en un nœud centré sur son clitoris et qu’elle cessait de le caresser doucement. Il a souri à Laurie, elle était si vocale pendant qu’elle jouissait. Puis, comme une pile de dominos, Caroline a cédé à son rythme, serrant Romuald d’une manière très douloureuse. Ce qui, bien sûr, l’a excité au plus haut point alors qu’il inondait les mâchoires serrées de Caroline avec sa récompense. Elle s’est bien remise, ne laissant pas une goutte se répandre… .

Romuald a retiré sa queue de sa bouche, la remerciant et lui frottant la tête alors qu’elle lui souriait, le sperme encore sur les lèvres. Le pantalon déboutonné, il est allé à la cuisine et a pris un verre d’eau, il en avait besoin. Depuis l’évier, il a vu Caroline se diriger vers Laurie, l’embrasser profondément alors qu’elle partageait son jus avec sa partenaire dominante. Romuald s’est appuyé contre l’évier, regardant les filles s’embrasser d’une manière délicieuse mais dépensée. Il a été surpris lorsque sa queue a recommencé à remuer à mesure que leurs mouvements prenaient de l’ampleur.

Le temps qu’il remette sa tasse dans l’évier et aille sur le canapé, il était encore en train de bander. Laurie s’est penchée en avant, tenant Caroline par les épaules alors qu’elle embrassait son cou et regardait Romuald pensivement. Ses yeux se sont posés sur son érection lorsqu’elle a rompu le baiser, se levant et enjambant légèrement Caroline.

Elle s’est agenouillée devant Romuald, se plaçant entre ses jambes et prenant sa belle bite dans sa bouche de salope en la recouvrant de sa salive. Elle a grignoté la tête et léché légèrement toute la longueur. Se concentrant sur le dessous, Laurie a embrassé sa queue avec une douceur et un respect réservés. Quand elle l’a eu mouillé, elle a mis son épaisseur dans sa gorge, le massant avec sa langue en dessous. Ses yeux ont rencontré les siens, elle a souri autour de lui, heureuse de sa tâche.

Romuald réfléchissait au style des filles qu’il gardait pour l’amuser. Laurie était plus âgée, plus sage et prenait son temps pour lui plaire, le taquiner jusqu’à des sommets. Caroline était une gâchette directe, elle aimait le prendre aussi profondément et aussi fort qu’elle le pouvait. Il les appréciait tout autant, mais le meilleur était quand elles le faisaient juste après l’autre. Comme maintenant.

Romuald regardait amusé pendant que Caroline se frottait contre l’épaule de Laurie dans une chaleur paniquée. Il pouvait sentir qu’elle se balançait contre la plus grande fille et voyait la mouillure s’accumuler à mesure qu’elle était plus excitée. Caroline a commencé à haleter lorsque Laurie a retiré sa main de ses couilles et a enfoncé deux doigts dans la chatte chaude de Caroline. Caroline a ouvert de grands yeux en raison de l’intrusion mais a pris la situation en main. Romuald était toujours étonné de leur excitation correspondante.

Bientôt, les ministrations de Laurie se sont transformées en une intention sérieuse sur sa queue. Elle gonflait dans sa bouche et il sentait le pré-cum s’échapper et être léché par sa langue avide. Il a commencé à se déhancher dans sa bouche, essayant de pénétrer plus profondément dans sa gorge serrée et accueillante. Il s’est arqué et a enfoncé sa queue profondément dans sa gorge en libérant son déluge en elle. En tremblant, il s’est enfoncé dans les coussins du canapé avec un sourire satisfait.

Laurie a tourné ses attentions vers Caroline et il ne lui a pas fallu longtemps pour faire jouir la petite fille aussi. Elle a crié fort en jouissant des léchouilles de son amante sur son clitoris avec ses doigts enfoncés dans sa chatte humide. Caroline a passé sa main dans ses boucles pendant que Laurie suçait doucement son clito, en la regardant dans les yeux.

Romuald remercie un but supérieur d’avoir rencontré ces deux-là et d’être privilégié de leur amour.

À bout de souffle, Caroline dit : “Laurie, maîtresse, tu n’as pas joui. Laisse-nous te faire jouir, je dois essayer cette position que j’ai entendue de Blondie…”. Laurie acquiesce mais elles savent toutes les deux qu’elle prend un immense plaisir à le créer chez les autres. Laurie se déroule de sous les jambes de Romuald et teste doucement ses jambes. Caroline lui suggère de se lever sur le canapé et de planter ses pieds sur les côtés opposés de Romuald. Il est amusé de voir qu’elle est positionnée juste au-dessus de son menton, il peut sentir son excitation non libérée. Il est choqué lorsque Caroline écarte doucement son cul et commence à lécher la crevasse de son cul. Laurie se détend un peu, se penche en avant et va droit dans le visage de Romuald.

Caroline retire son visage du cul de Laurie assez longtemps pour lui sourire méchamment en poussant Laurie sur son menton. Romuald a eu l’idée plus tôt mais il voulait voir où ils allaient avec ça. Sa langue plonge dans sa chaleur humide avec une habileté exercée, sachant ce qui la ravit comme elle le fait pour lui. La pauvre fille se retenait vraiment, car l’assaut des deux côtés était un effort gagnant pour eux. Tout cela les excitait de nouveau, Romuald avait pris sa queue dans sa main et la pompait légèrement.

Une fois de plus, le visage de Caroline est venu autour de son cul et l’a regardé en bas, mais elle a rapidement perdu tout intérêt car elle était envoûtée par la dureté bercée sur ses genoux. Ses longues jambes se sont frayé un chemin jusqu’à ses cuisses alors qu’elle installait sa chatte glissante avec reconnaissance sur sa queue. Elle se dirige à nouveau vers le cul de Laurie, gardant son esprit sur le plaisir nécessaire mais elle prend son temps pour chevaucher Romuald avec régularité.

Lentement, il introduit deux doigts dans le cul de Laurie et elle halète de plaisir tandis que ses mains jouent avec ses seins de manière distraite. Ses jambes tremblent lorsque le visage de Caroline apparaît devant lui, sa main tirant ses doigts hors de Laurie et les dirigeant vers son propre clitoris. Elle sourit lorsque sa langue prend la place de ses doigts, se déplaçant à quelques centimètres de son propre visage.

La sentir si proche et concentrée sur la même chose que lui, sa chatte dévorant sa queue, est incroyablement érotique. Il lève la main gauche et tire méchamment sur son téton gauche. Elle crie dans Laurie, avec une prise d’air choquée. Rapidement, il se retire du clito de Laurie et se baisse pour rencontrer la bouche de Caroline dans un baiser imbibé de sperme.

Laurie crie de frustration au-dessus d’eux alors que Romuald laisse Caroline faire son travail, mais pas avant qu’il ne se penche pour lécher la chatte de Laurie en même temps qu’elle. Puis il fait glisser sa langue humide jusqu’à son clito, lentement, alors que tout son corps commence à vibrer sous l’effet de son orgasme imminent. Ses cris sont plus forts, plus intenses.

Juste au moment où Romuald pensait qu’elle ne pouvait plus en supporter beaucoup, il voit Caroline lécher deux doigts et les mettre autour du cul rond de Laurie. C’est exactement ce dont elle avait besoin, car elle se lève à travers son orgasme et libère sa mouille à sa langue qui l’attend. Il s’en délecte tandis que Caroline se débat sur sa queue, le visage déformé par la concentration.

Laurie descend, essoufflée mais incroyablement heureuse. Elle sourit diaboliquement lorsque ses pieds atteignent le sol et voit Caroline baiser Romuald. Elle le regarde en souriant alors qu’elle met deux doigts dans sa bouche et les introduit brutalement dans le cul de Caroline. Les yeux de Caroline s’ouvrent mais elle est perdue pour ce monde comme en témoignent ses cris étranglés.

Romuald regarde et sent avec étonnement Caroline se resserrer sur sa queue avec les poussées que Laurie fait dans son cul alors qu’elle embrasse doucement ses épaules. Il met sournoisement son pouce contre son clito en le frottant doucement, souriant ouvertement à Laurie.

Caroline est insupportablement tendue lorsqu’elle serre sa queue dans sa chatte alors qu’elle perd le contrôle et le mouille de l’intérieur. Son cri est déchirant alors qu’elle se soumet aux doigts et à la bite en elle, humide.

Bientôt, elle se calme et ouvre les yeux en souriant. “Bienvenue à la maison !” Elle dit à bout de souffle. Romuald et Laurie ne peuvent s’empêcher de sourire devant sa joie sans bornes.

Préférence de la coquine : branlette espagnole et mec TTBM
Endroit de préférence pour le sexe : sous la douche discrètement
Je suis assez ouverte d’esprit alors la différence d’âge n’est pas un problème pour moi. Au contraire, c’est ce que je recherche.